Les effets écologiques du divorce


Lundi 28 janvier 2008

Le divorce a-t-il un impact sur l’environnement ? Une étude récente de deux chercheurs américains (1) montre que l’impact est loin d’être négligeable.
Ces chercheurs ont trouvé, qu’en moyenne, la densité d’occupation de l’habitat (nombre d’individus par unité de surface) chez une famille issue de divorce est plus faible (27 à 41%) que pour un couple non divorcé.
 
Aux Etats-Unis, en 2005, les familles issues du divorce, dépensent 46 à 56% plus d’électricité et d’eau que les ménages mariés. Les ménages divorcés pourraient se passer de l’occupation d’environ 38 millions de pièces d’habitation et économiser 75 milliards de kilowatt heures d’électricité, 2,5 milliards de m3 d’eau s’ils étaient aussi efficaces, dans la gestion de leurs ressources, que les couples mariés.
 
L’évolution des mœurs ne semble donc pas aller de pair avec la préservation de l’environnement.


(1) Eunice Yu et Jiango Liu, Environmental impacts of divorce, Proceeding of the National Academy of Sciences U.S.A., 18 Décembre 2007, vol.104, N°51, p.20629-20634.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email