Eoliennes : le massacre des chauves-souris



Mardi 6 octobre 2009

J’avais déjà attiré l’attention, dans mon livre, sur les nuisances environnementales causées par la mise en place des champs d’éoliennes : disqualification de zones naturelles, bruits, mais voilà que l’on signale un autre problème* : les très grosses éoliennes font une hécatombe de chauves-souris migrantes !

Des comptages réalisés sur un champ d’éoliennes installé sur une crête montagneuse à l’Ouest de la Virginie (USA), ont montré que le nombre de chauves-souris tuées chaque année par les pales des éoliennes était compris entre 1400 et 4000. L’observation des corps montre que la mort ne résulte pas uniquement d’un traumatisme dû à la collision avec les pales de l’appareil, mais qu'elle peut provenir aussi de bulles ou des ruptures qui se forment dans les poumons et le cœur en liaison avec les zones à faible pression barométriques induites par le mouvement des pales.

Pourquoi les chauves-souris migrantes sont-elles les plus atteintes ? Sujets se prêtant mal à la recherche car nocturnes, de petite taille, on ne peut les suivre que par marquage et les données relatives à leur comportement restent vagues ; notamment, on ne connaît pas les corridors de migration qu’elles empruntent. Des études sont en cours pour tenter de réduire cette mortalité : arrêt du fonctionnement des éoliennes quand l’activité des chauves-souris est forte (nuits chaudes, sèches, vitesse du vent inférieure à 6 m/seconde), orientation des pales parallèlement au vent, émission d’ondes acoustiques afin d’éloigner les chauves-souris.

Tout ceci montre qu’il n’existe pas de collecte d’énergie heureuse.

* Science : 24 juillet 2009, p.386-387.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



5 commentaires:

Eric citoyen a dit…

C'est vrai qu'il faut trouver une solution pour protéger les chauves souris qui sont les principaux prédateurs des moustiques !

@ +

Bésitos

Helios a dit…

je ne savais pas pour les chauves souris. merci pour ton article.
Heureusement qu'il y a des solution et qu'on peut adapter le fonctionnement des eoliennes pour limiter la casse.on avance pas à pas, et c'est mieux que rien ou que regresser par exemple.

treb a dit…

C'est de la vaste blague. Les quelques animaux tués par les éoliennes ne sont rien comparés à ceux tués par les lignes à haute tension

Anonyme a dit…

Cela est exact. Dans mon secteur une étude vient de démontrer l'impact très important des éoliennes sur l'exitence des chauves souris.
Contrairement aux lignes électriques, l'impact sur une population de chauves souris est absolument concret et vérifiable.

Rémi

Yann Riché a dit…

Ah les éoliennes, les opposants ne manquent pas, NIBY, le paysage, le bruit, les chauves-souris. Chaque projet a son problème à gérer et a des impacts locaux. Mais comment changer de système en passant des énergies polluantes (fossiles) ou à risque (nucléaire) si plus personne sous couvert d'environnement n'accepte de nouveaux projets ? Ce sera le statu quo puis quand la pénurie enrichira encore plus les détenteurs de matières premières qu'adviendra t-il ?

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email