Le recours à la Biologie dans les sciences humaines


Lundi 18 septembre 2006

Je voudrais faire aujourd'hui une petite digression concernant les Sciences Biologiques.  

Celles-ci ont fait au cours du 20ème siècle de tels progrès (j’ai eu la chance de pouvoir suivre moi même cette évolution), que l’on peut considérer maintenant qu’elles sont, au même titre que la Physique ou la Chimie, des sciences "dures".

Nous venons de voir (mes précédents blogs) comment peu à peu s’est structurée la théorie de l’évolution qui donne du monde vivant une vision tout à fait cohérente. Il n’est pas nécessaire de rappeler les progrès de la Génétique qui ont bouleversé toutes les branches de la Biologie elle même.Nous avons donc une science qui est passée de la phase descriptive à la phase explicative.

Les sciences humaines (Sociologie, Sciences Politiques notamment) ont-elles su se rattacher à ces progrès (car l’homme est aussi un être biologique) ? Non. Elles ignorent encore la Biologie. Sur des observations justes elles bâtissent des théories oubliant tout ou presque que l’homme est à la fois être Darwinien et Culturel.

N’est-il pas temps, comme le suggère E. O. Wilson, de considérer le développement d’un être humain "sous l’influence conjointe de l’hérédité et de l’environnement" et de ce fait soumis à des règles "épigénétiques" inscrites dans son système sensoriel et son cerveau. Règles qui lui permettent de trouver des solutions rapides aux problèmes posés par l’environnement.
 
Si l’on reprenait ces idées raisonnablement et sans passion, alors il n’existerait plus d’anathème sur le recours à la Biologie et la compréhension du comportement humain progresserait rapidement. 



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email