L'agriculture biologique


Lundi 8 décembre 2008


L’engouement qui s’empare de beaucoup d’entre nous pour l’agriculture biologique est inquiétant car il laisse croire que lagriculture biologique ne pollue pas, qu’elle est susceptible de nourrir une population humaine toujours croissante et quelle peut faire fi de tous les acquis scientifiques qui sont à la base de l’augmentation des rendements.


I ) Elle ne pollue pas 
Je vais citer deux exemples montrant qu’elle peut-être tout aussi polluante que l’autre agriculture.

En agriculture biologique il est autorisé d’utiliser du cuivre pour lutter contre les maladies fongiques. Il est bien connu que le cuivre s’accumulant dans le sol peut devenir toxique ; ainsi en viticulture on s’est aperçu que des replantations vignes sur vigne pouvaient aboutir à des échecs du fait que le sol s’était trop enrichi en cuivre par suite des traitements continus à la bouillie bordelaise.

En agriculture biologique on utilise en fumure les composts végétaux à la place d’engrais chimiques. Pour devenir assimilables, les composts sont transformés par les bactéries du sol qui les dégradent et les minéralisent ainsi l’azote organique est transformé en nitrates solubles (les mêmes que ceux des engrais chimiques) seuls absorbables par les racines. Cette action bactérienne produit du CO2, en outre comme il est interdit d’utiliser des herbicides, il faut éliminer les mauvaises herbes par des sarclages. Ceux-ci aèrent le sol et accélèrent l’activité bactérienne ; les composts sont dégradés encore plus vite et l’émission de CO2 est accrue. Finalement l’agriculture biologique produit plus de CO2 que l’agriculture intensive.

Lire la suite du dossier "L'Agriculture Biologique":



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



2 commentaires:

Anonyme a dit…

je suis pour le bio!
la question est complexe, par exemple conclure que l'émission de CO2 est plus forte que l'agriculture intensive est vite affirmé.
Un exemple sorti de mon cours : pour produire du NO3- et NH4+ à partir d'azote atmosphérique(N2) il faut fournir une énergie considérable!

paspier a dit…

Bonjour ,
Il y a bio et bio , les réglementations sont assez souples pour ne pas décourager ceux qui veulent se convertir à la bio . N'oublions pas que tout le monde ne fait pas du bio par conviction , il y aussi l'aspect plus rentable financièrement qui est plus courant qu'on ne croit . En principe , en bio il y a beaucoup moins de mécanisation aussi ce qui doit probablement compenser les émissions de co2 non ?
Un maximum de végétariens bio , représentent tout de même un avenir plus radieux non ?

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email