Le commerce et son puissant médiateur : la monnaie ( Partie II )


Lundi 4 février 2008

Puisque avec la monnaie on peut obtenir n’importe quel bien, pourquoi ne pas en avoir beaucoup et devenir « riche » pour accéder à tous les biens ! 
Ce que l’on ne pouvait obtenir par l’échange on a pu l’obtenir avec la monnaie ; devenir riche est devenu le but de beaucoup d’êtres humains.
On s’enrichit rarement en vendant son travail physique sauf à être particulièrement habile dans une activité manuelle ou artistique (être artisan ou artiste). On peut s’enrichir en exploitant une idée nouvelle, mais surtout en faisant du commerce.
Le commerçant peut vendre un bien sans que l’acheteur sache quelle était la valeur initiale de ce bien (celle payée au fabricant ou au premier vendeur du bien) ; ainsi le commerçant a toute latitude pour décider de sa marge bénéficiaire sauf à être plus cher que la concurrence (cette concurrence ne joue réellement que sur un court périmètre, l’acheteur ne peut pas se déplacer continuellement pour aller à la recherche du meilleur offrant). 
     
Le commerce a ainsi créé une nouvelle classe dans les sociétés anciennes, une classe qui possédait le pouvoir de l’argent et qui a voulu a son tour partager le pouvoir politique. Le tiers état de notre révolution de 1789 était mené par la bourgeoisie essentiellement enrichie par le commerce.
D’autres bouleversements sont à attribuer à la création des monnaies nous en reparlerons encore.

Lire la suite du dossier "La Monnaie" :



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email