Y a-t-il place pour le monde végétal dans l'habitat urbain ?


Mercredi 10 janvier 2007



Cet environnement minéral peut, à la rigueur, satisfaire les végétaux inférieurs ; en revanche les supérieurs n’y subsistent que dans la mesure où l’homme les accepte et leur concède une place. Les plantes des villes sont choisies (espèces ornementales, arbres exotiques) ; elles constituent un échantillon réduit de la flore naturelle ; elles n’ont pas d’avenir génétique parce que trop éloignées de leur population d’origine (elles ne peuvent échanger leurs gènes ce qui les condamne à la consanguinité). Enfin elles sont souvent détruites avant maturité sexuelle. Malgré les apparences, les villes sont un désert pour le végétal. 



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email