Un retour inconscient de l'homme à la nature


Lundi 12 février 2007

Pour rompre cette monotonie minérale, l’homme essaie d’inclure dans la ville des espaces où il va se ressourcer. N’aurait-il pas un besoin inconscient du décor originel ?

Qu’il s’agisse de parcs, zoos, coulées vertes, il n’y a là qu’ersatz de la vraie nature et s’ils sont utiles à l’homme, ils ne préservent en rien le reste du monde vivant. Leur potentiel est limité, sous contrôle, la pression humaine y est continue. Ces espaces témoignent, eux aussi, de la main mise de l’homme sur le monde vivant.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email