Illustration des dégats écologiques provoqués par une voie ferrée


Lundi 28 mai 2007

La Chine a inauguré en octobre 2005 une voie de chemin de fer de 1956 km reliant Xining capitale de la province de Qinghai (province du Nord-Ouest) à Lhasa (capitale du Tibet). Cette voie traverse le plateau Qinghai-Tibet qui renferme un unique et fragile écosystème d’altitude.

Dans un article paru dans la revue Science* intitulé « Construction d’une voie de chemin de fer verte en Chine » des chercheurs Sino-Canadiens décrivent les précautions écologiques qui ont été prises pour atténuer les atteintes à l’environnement faites par cette réalisation : sélection précautionneuse des sites, restauration des végétations après le travail, isolation au dessous de la voie pour stabiliser le permafrost, réduction du nombre de gares pour réduire l’impact des déchets humains etc…

A lire ces lignes on a l’impression que la Chine est prise d’une ferveur écologique !

Malheureusement cette voie de chemin de fer doit aussi promouvoir le tourisme local et le développement économique.

Quand on sait que les grandes voies de chemin de fer ont été à l’origine d’une expansion de la colonisation humaine : développement des villes, du trafic de marchandises et des déplacements humains, on peut craindre que ces précautions écologiques seront insignifiantes par rapport aux dégâts à venir.


*Science du 27 avril 2007. pp 546-547




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email