Et si l’on parlait de commerce !


Lundi 3 décembre 2007

Nous allons voir comment cette activité, qui a beaucoup servi à l’homme dans son expansion démographique, s’est à la fois développée, et pervertie au détriment du milieu naturel.

La pratique commerciale la plus élémentaire est le troc.

Cette pratique est à la fois économique (on échange un objet que l’on possède avec quelque chose que l’on ne possède pas), et socialisante (il faut établir une relation de confiance avec l’autre partenaire de l’échange).

Le troc est une opération concrète, chaque acteur est en face du produit ou de l’objet qu’il va recevoir en échange ; si l’un des acteurs de l’échange a surestimé la valeur du produit qu’il reçoit, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Cette opération a cependant des inconvénients : il n’y a pas de mesure de la valeur économique des produits échangés, le système manque de souplesse car il ne met en jeu, pour l’échange, qu’un nombre limité de produits ou d’objets (le plus souvent deux).

Le troc a été pratiqué très tôt, probablement dès le paléolithique. Il était très répandu dans les sociétés primitives, il a disparu presque entièrement dans les sociétés évoluées car elles ont vite utilisé, pour commercer, un médiateur très puissant : la monnaie.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email