Environnement : L'hypothèque démographique


Lundi 1er juin 2009

Voici un extrait de l'introduction de mon dernier livre : "Environnement : L'hypothèque démographique" disponible aux éditions l'Harmattan ou encore sur le site Amazon.fr en cliquant sur ce lien.

La surpopulation n’est pas perçue dans nos pays occidentaux comme la cause essentielle de la dégradation du milieu biologique naturel. Nos populations sont, soit stables, soit même en décroissance et l’immigration y est nécessaire pour compenser le déficit de natalité. Les scientifiques, les associations, les partis politiques qui dénoncent les atteintes à notre environnement, accusent le gaspillage entraîné par le confort moderne, la pollution produite par les activités industrielles et agricoles, l’ignorance des principes écologiques. Ils préconisent la sauvegarde de territoires (sanctuaires dans lesquels l’activité humaine serait limitée), la réduction des pollutions. Ils appellent à un « développement durable » selon lequel « un développement n’est acceptable que s’il peut se maintenir durablement et s’il ne compromet pas l’avenir des générations futures ». Mais, est-ce bien possible ? N’y a-t-il pas un oubli majeur dans ces propositions ? Prend-on bien en compte la cause première de ces méfaits : la croissance irresponsable de la population humaine, croissance dont la réalité est ignorée
ou occultée car elle se fait essentiellement dans les pays en voie de développement.
Aucune mesure susceptible de protéger notre environnement ne sera efficace s’il n’y a pas au départ une interrogation sur les limites de l’expansion de l’homme sur notre planète, et sur la nécessité d’atteindre, le plus tôt possible, un équilibre démographique en relation avec ce que nous voulons qu’il subsiste de notre environnement biologique.
Les arguments que je vais avancer sont Darwiniens...


SOMMAIRE :

INTRODUCTION

PREMIERE PARTIE
La population mondiale
Immigration

DEUXIEME PARTIE
Agriculture
Habitat
Déplacements et transports
Industries
Échanges
Énergies
Pollutions
Passes-temps
L'homme prédateur universel

CONCLUSION




Si vous avez des questions concernant cet ouvrage n'hésitez pas à les poster en commentaire !



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



5 commentaires:

Manso a dit…

Bonjour,
Votre ouvrage semble très intéressant, d'autant plus qu'il traite du sujet qui a motivé la création de l'association Démographie Responsable...
Je vous invite donc à prendre contact avec nous si notre action vous intéresse.
Très cordialement,
Rémi Manso

Didier Barthès a dit…

La surpopulation est au coeur de la question environnementale. Vous avez bien raison de la citer. Quelle que soit notre façon de vivre, à 9 milliards nous éliminerons toutes les autres espèces. Est de ce monde là que nous voulons ?
Prenons du recul, dans toute son histoire l'humanité a été très peu nombreuse. Le phénomène que nous connaissons actuellement est transitoire.

Alain MEINIER a dit…

Notre développement technologique nous a considérablement éloignés de la Nature. Le pouvoir qu'il nous confère nous a fait oublier notre lien essentiel (au 2 sens du terme: l’importance et l'origine) avec elle.
Nous avons reçu le pouvoir de modeler la planète. Nous le faisons selon nos désirs et nos croyances (au sens large du terme). Elle est donc le reflet de nous-mêmes: mais nous révélons une planète polluée, surpeuplée, en déliquescence...
Avons-nous oublié quelque chose?
Il est urgentissime à mon sens de remplacer la croyance du" développement=bonheur" par celle de l'"équilibre=survie" comme élément moteur de l'humanité et de son véritable épanouissement.
Cette réelle REVOLUTION nécessite un changement des esprits, difficile tant au niveau individuel car il demande un choix conscient et volontaire, qu'au niveau collectif car il demande une éducation et une évolution sociale qui n'a pas eu lieu.
En effet si l'homme actuel sait déjà voyager dans l'espace il est spirituellement à l'âge de pierre...La surpopulation n'est pas la cause mais le symptôme du déclin de l'humanité. La cause véritable est cette coupure avec véritable nature, principalement due à la religion, qui s'est au cours des siècles accaparé par soucis de pouvoir la spiritualité en chaque homme, au point qu'on confonde les 2 alors qu'elles, sont opposées, puis l'action de la science, qui se substitue en partie à l'action de la religion.
Pourtant la solution est déjà dans nos esprits, si simple qu'elle nous aveugle: faire évoluer nos mentalités (car nous sommes des ordinateurs capables de nous auto-reprogrammer et nous semblons l'ignorer collectivement) et favoriser de toute part le développement intérieur (et non religieux) de chaque individu, car chaque cellule-homme interagit avec l'organisme-Terre qu'elle compose autant qu'elle détermine.
Mais nos égos accepteront-ils?

Claudec a dit…

http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com
Une réflexion sur la pyramide sociale, mettant en évidence des aspects de la condition humaine allant bien au-delà des questions soulevées jusqu'ici par la libre-pensée, comme par la pensée philosophique, politique, économique, scientifique, sociale, religieuse ... ; défiant le pragmatisme, le romantisme, la superstition, la foi, la compassion, les certitudes des unes comme des autres.
De la richesse à l'exclusion sociale aujourd'hui et à la barbarie demain, par la démographie.
Une vision aussi libre que décoiffante de fondamentaux trop souvent négligés.

GisGuru a dit…

J'espère que votre livre parle de MAO; Un cruel dictateur certes, mais le seul homme politique a avoir compris la menace démographique...

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email