Agriculture raisonnée et Agriculture de précision


Vendredi 9 avril 2010

Nous possédons un référentiel* qui édicte la démarche d’une « agriculture raisonnée » ; les pays du nord de l’Europe et les Etats-Unis s’intéressent eux à « l’agriculture de précision »**. Ces deux modes d’agriculture sont-ils les mêmes ? Une courte analyse montre très vite que, bien que semblables dans leurs objectifs, les manières de concevoir la production agricole y sont dans un état d’esprit différent.

Énonçons d’abord quels sont ces objectifs.

Ceux de l’agriculture de précision sont triples :
« Premièrement, optimiser l’usage des ressources disponibles pour accroître le profit et ce qui est soutenable dans les pratiques agricoles. Deuxièmement, réduire les impacts négatifs sur l’environnement. Troisièmement, améliorer la qualité du travail de l’entourage et les aspects sociaux des agriculteurs, des éleveurs et des professions qui en relèvent ».

L’agriculture raisonnée doit, selon son référentiel,
         - renforcer les impacts positifs des pratiques agricoles sur l’environnement et en réduire les effets négatifs, sans mettre en cause la rentabilité économique des exploitations.
       - mettre en œuvre les moyens techniques dans une approche globale de l’exploitation (prise en compte du contexte économique, social et environnemental).

Qu’est-ce qui sépare ces deux procédures :

L’agriculture de précision met en première ligne le profit de l’exploitation, pour atteindre cet objectif, l’exploitant doit optimiser son travail. « … Il faut appliquer le bon traitement à la bonne place et au bon moment ». L’agriculture de précision était au début une agriculture intensive qui voulait utiliser toutes les ressources modernes de la technologie : photographie aérienne, cartographie des parcelles pour optimiser l’apport des engrais, guidage des outils au laser, logiciels de gestion etc. Ceci n’était accessible qu’à des entreprises aux moyens importants et à des exploitants de niveau technique élevé. Les autres objectifs, ajoutés plus tard, ont raccroché à l’agriculture de précision des exigences nouvelles relatives à la protection de l’environnement et au progrès social des agriculteurs. Il n’en reste pas moins que celui qui veut faire de l’agriculture de précision doit garder à l’esprit que le profit ne peut-être déclassé, il est le premier but de toute entreprise.

L’agriculture raisonnée, elle, n’est pas productiviste ; la rentabilité de l’exploitation n’est que sous entendue. Elle doit prendre en charge la protection de l’environnement et accroître le bien être social des acteurs de l’entreprise. Peut-elle être rentable alors si ses produits n’obtiennent pas une plus-value sur le marché du fait de ces nouvelles exigences ? Elle nécessite ainsi, pour survivre, de bénéficier d’un label avec toutes ses pesanteurs : référentiel, commissions de surveillance et de contrôle, information de l’acheteur. Labellisée, elle va se trouver en concurrence avec l’agriculture biologique.

Pour les pays adeptes de l’agriculture de précision, l’agriculture est une activité qui doit comme toute activité de production intégrer les progrès techniques et les exigences nouvelles de la société. L’agriculture raisonnée française est, au contraire, une forme d’agriculture nouvelle à mi chemin entre l’agriculture intensive et l’agriculture biologique qui nécessite un encadrement technocratique et dont l’avenir reste incertain.

* http://www.agrisalon.com/AR080102.pdf
**R. Gebbers et al, Science, 5967, p. 828, 12 février 2010



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email