Planning familial et développement ; enfin nous y sommes !


Jeudi 28 octobre 2010

Les Nations Unies, au début de notre nouveau millénaire, s’étaient donné huit objectifs pour parvenir au mieux être des populations défavorisées de notre planète.

Ces huit objectifs étaient les suivants :
  1. Éradiquer la pauvreté et la faim. 
  2. Donner à chacun une éducation primaire. 
  3. Promouvoir l’égalité des sexes. 
  4. Réduire la mortalité infantile. 
  5. Améliorer la santé maternelle. 
  6. Combattre le SIDA, la malaria et d’autres maladies importantes 
  7. Assurer la protection de l’environnement. 
  8. Créer une association globale pour le développement.

Un rapport d’avancement du projet vient d’être fait en 2010*. Il note que des progrès existent pour la plupart de ces objectifs mais qu’ils sont faibles et quelquefois anéantis par de mauvaises conditions passagères. Ainsi les améliorations de la vie des pauvres ont été trop lentes et érodées par des excès climatiques et la crise économique. De nouvelles préconisations sont faites pour que ces objectifs puissent être définitivement atteints en 2015 date buttoir du projet.

Les progrès sont si faibles que quelque chose de plus fondamental n’a pas été pris en compte. Dans un court article de la revue Science**, huit chercheurs (six Américains, un Sud-Africain et un Ougandais) préconisent un investissement dans le planning familial pour atteindre, en 2015, les objectifs des Nations Unies. Façon détournée de dire qu’il y a un problème de surpopulation et que les problèmes de sous développement ont quelque chose à voir avec la croissance incontrôlée de la population humaine. Ces auteurs montrent que les investissements sur le planning familial auront un impact sur chacun des huit objectifs.

Cet article est courageux car parler d’un contrôle des naissances est inacceptable pour certains qui considèrent que les inégalités proviennent essentiellement d’une mauvaise répartition des ressources. Il faut se féliciter qu’une revue aussi prestigieuse comme Science n’ait pas craint d’altérer sa réputation en publiant cet article.

Le problème de la surpopulation humaine a du mal à être pris en compte, il reste tabou chez les médias qui l’ignorent ou considèrent qu’il se résoudra tout seul. Il semble cependant que peu à peu on prenne conscience de son omniprésence à la source des principaux problèmes de l’humanité. Avoir le courage d’en parler contribuera à leur résolution ***.

* U.N. Millenium development goals (y accéder avec ce titre par google)
** Science, 24 septembre 2010, p. 1603
*** j’ai montré moi-même comment la croissance irraisonnée de la population humaine est néfaste à l’environnement dans mon livre : Environnement l’Hypothèque Démographique (Editions de l’Harmattan). Disponible aussi sur Amazon.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



1 commentaire:

La mante a dit…

super votre blog.

Je n'ai pas lu votre livre, mais j'avais l'impression que les gvt comptaient tout simplement sur le fait que les populations passaient à un moment par un phénomène de transition démographique. Par contre il semblerait que l'enrichissement de populations soient nécessaire sur le plan de l'éducation et .... du porte monnaie. aussi il faut compter par un moindre poids de la religion.

cdt

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email