Parlons à haute voix de la population mondiale !


Jeudi 3 février 2011

Dans le cadre du groupe international GPSO (Global Population Speak out, Parlons à Haute Voix de la Population Mondiale) auquel j’adhère et dont l’action de persuasion a lieu chaque année au mois de Février, j’ai adressé cette lettre aux Rédacteurs en Chef des hebdomadaires suivants :

LE POINT
L’EXPRESS
PARIS MATCH
LE NOUVEL OBSERVATEUR

        "Monsieur le Rédacteur en Chef,


La revue que vous dirigez à pris à son compte, depuis quelques années sans doute, la nécessité d’une gestion « durable » de nos ressources et plusieurs articles y ont été publiés sur ce sujet. Toutefois, vous savez pertinemment qu’une gestion durable ne sera pas suffisante pour endiguer les dégâts que nous infligeons au monde vivant tant que la croissance de la population humaine se poursuivra au rythme actuel.

Parler de surpopulation humaine reste encore un sujet délicat sinon tabou, l’objet de ma lettre est de vous inviter à ouvrir davantage votre revue à ces problèmes et aux initiatives qu’il faudrait encourager pour en venir à bout.

En 2011, la population mondiale atteindra 7 milliards d’êtres humains ; cet accroissement de 6 à 7 milliards s’est fait en 12 ans comme pour le passage de 5 à 6 milliards, ce qui est sans précédent dans l’histoire mondiale. Les projections pour 2050 sont, dans l’hypothèse médiane, de 9 milliards d’êtres humains à condition que la fertilité dans les pays moins développés baisse lentement jusqu’aux faibles niveaux observés aujourd’hui dans les pays développés. Sommes-nous bien dans cette tendance !

Il faut nourrir cette population et donc consacrer de plus en plus d’espace à l’agriculture ce qui nécessite : d’aggraver les pollutions, d’empiéter davantage sur les milieux naturels au détriment de la diversité biologique. Il faut aussi loger cette population et pour cela étaler l’habitat en stérilisant de nouveaux espaces. Il faut créer des routes, des autoroutes, des moyens de communications. Il faut fournir davantage d’énergie pour le chauffage, le transport, l’amélioration du bien être des nouveaux venus. Et comme nous avons déjà profité de ce bien être en occident, il n’y a pas de raisons que tout nouveau pays émergent n’exige, à son tour, d’avoir les mêmes avantages. Tout ce que nous voudrions réduire : gaz à effets de serre, pollutions, perte de biodiversité etc. ne peut, au contraire, que continuer de croître.

Le ralentissement de la croissance démographique mondiale doit devenir un sujet prioritaire. Nous ne sommes plus au temps des mesures coercitives stupides ; nous savons que la baisse de la natalité est d’abord un sujet d’éducation, d’élévation du niveau de vie, d’accession à la contraception bon marché sinon gratuite ; le contrôle des naissances doit être accessible aux plus démunis. Nous avons tous les moyens de faire en sorte que la population humaine se stabilise rapidement. Essayons d’aller dans ce sens.

Mon intervention se fait dans le cadre d’une action à l’échelle mondiale sous l’égide du GPSO (Global Population Speak Out), accès Internet : http://www.populationspeakout.org/

En espérant que votre revue deviendra un support actif de diffusion de ces thèses, recevez, Monsieur le Rédacteur en Chef de la Revue « …», l’expression de mes salutations distinguées. "



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il pourrait exister une solution= trouver les mensonges qui emplissent les preuves scientifiques dans TOUTES les matières puis abandonner le "moi-je, rien qu'à moi, tout à moi".

Ceci revient à l'établissement de Justes Relations Humaines. Ce n'est même pas envisageable en ces temps où l'égoïsme l'emporte sur le reste.

Le rôle des scientifiques se trouve dans la découverte des mensonges dans leur matière. Aucune société ne peut penser à établir une justice équitable entre les Hommes quand le mensonge est partout. Je sais que cela n'est pas facile mais j'ai été témoin de la confession de mon doyen de fac qui voulait prouver l'absurdité de l'homéopathie et qui a prouvé sa possibilité d'action. Je passe sur les suspicions envers ses propres étudiants pendant ses renouvellements d'expériences! ...Ses confrères se sont levés ensemble et ont quitté la salle en rang! Vingt ans après, on apprend que ce sont les laboratoires pharmaceutiques qui subventionnent l'enseignement et la recherche de nos professeurs...La physique a eu son heure de découverte d'erreurs plus ou moins volontaires et des domaines entiers de la médecine semblent être sur le point aussi d'y arriver comme en pneumologie, gastro aussi...

Encore un mot, certaines expériences scientifiques sont fonction de l'expérimentateur. Un brevet est même déposé dans ce sens.

Un bidouillage "gratuit" sur un moteur lui fait consommer beaucoup moins , surtout le fait moins polluer et allonge sa durée de vie MAIS, parfois chez certains, la consommation est même plus importante qu'avant l'ajout du dispositif. On voit l'installation de ce dispositif sur certains camions, tracteurs et même des voitures étrangères.

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email