Les langues Indo-européennes


Mardi 6 novembre 2012

Les langues sont parentes lorsqu’elles dérivent d’une langue commune ainsi trouve-t-on les familles : Indo-européenne, Ouralo-altaïques, Négro-africaines etc. Chacune de ces familles a une langue racine caractéristique (nous reviendrons plus loin sur celle de la famille Indo-européenne qui est celle qui nous intéresse ici), par ailleurs une famille peut-être subdivisée en sous familles; ainsi les sous familles du groupe Indo-européen dérivent de l’Anatolien, du Tokharien, de l’Arménien, du Grec, de l’Albanais, de l’Indo-iranien, du Balto-slave, du Germanique, de l’Italique et du Celte. Dans ces sous familles on placera facilement le Français issu de l’une des langues italiques (parlées dans l’Italie ancienne) : le Latin.

La famille des langues Indo-européennes est importante pour nous puisqu’elle rassemble toutes les langues européennes mais aussi l’iranien et l’Indo-aryen. Quelle est la langue racine des langues Indo-européennes ? Deux thèses sont en compétition : l’une place celle–ci dans le langage des populations semi nomades des steppes du nord de la mer Caspienne il y a 6000 ans, l’autre fait du langage des populations d’Anatolie (plateau central de la Turquie), là ou est apparue il y a 8000 ans l’agriculture, l'origine des langues Indo-européennes.

Pour trancher ce débat, des chercheurs* ont utilisé une méthode originale empruntée à la biologie qui consiste à construire un arbre phylogénique à partir des analogies et des différences présentes dans un fragment d’ADN qui code pour la même protéine chez un groupe d’espèces. Les différentes espèces sont placées sur cet arbre de manière à minimiser le nombre de modifications nécessaires pour passer d’une branche à l’autre. Pour le langage, les auteurs ont utilisé à la place de l’ADN, une série de termes du vocabulaire de base de 103 langages anciens et contemporains Indo-européens, leur arbre phylogénique étant établi à partir des gains ou de pertes de mots homologues au cours du temps. Cette approche phylogénique à été complétée par un modèle de diffusion spatiale continu (dont nous ne parlerons pas ici) pour adjoindre à l’approche phylogénique celle d’une dispersion géographique. La combinaison des deux modèles donnant à la fois une idée des parentés linguistiques mais aussi de leur dispersion géographique dans le temps.

Quelles sont les conclusions de cette étude : du point de vue de l’origine de la famille des langues Indo-européennes, ce ne sont pas les steppes du nord de la mer Caspienne qui seraient leur terre d’origine mais l’Anatolie (plateau central de la Turquie) là où l’agriculture est née; du point de vue de leur expansion, celle-ci accompagnerait l’expansion de l’agriculture d’abord vers l’Iran et l’Inde, puis vers l’Europe occidentale donnant les sous familles Balto-slave, Italique, Germanique et Celte. La formation des langues Indo-européennes s’étalerait ainsi tout le long du néolithique.

* Remco Bouckaert et al, Science 24 Août 2012, N°6097, pp.957-960.



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email