L'abeille et l'acarien (suite)

Jeudi 5 Mai 2016


Dans un billet précédent* nous avions présenté une étude qui montrait le rôle majeur d’un acarien le varroa (Varroa destructor) dans la transmission du virus des ailes déformées contributeur essentiel de la destruction hivernale des ruches d’abeilles. Nous faisons état, aujourd’hui, d’une nouvelle contribution** qui précise l’origine de cette infection et les modalités de sa dispersion.

Les auteurs de cette étude rappellent d’abord que bien que plusieurs facteurs tels que l’intensification de l’agriculture ou l’usage des pesticides aient été impliqués dans la mortalité des pollinisateurs,  le virus  à ARN transmis par le Varroa destructor, a le potentiel d’être l’agent le plus efficace de la destruction des colonies d’abeilles. Le varroa infestait l’abeille asiatique Apis cerana, il est maintenant présent sur presque toute la planète et parasite tout autant notre abeille Apis mellifera. Cet acarien concentre et multiplie le virus dans son tube digestif et peut l’injecter directement dans l’hémolymphe de l’abeille. En plus d’être vecteur, il  accroît la virulence du parasite. Les questions qui se posent sont les suivantes : quelle route a suivi le virus pour se disperser sur toute la planète ? Pourquoi le virus est devenu si agressif ?

A partir d’une analyse phylogéographique (32 sources du virus prises dans de 17 pays) les auteurs arrivent aux conclusions suivantes :
-         La pandémie provoquée par le virus chez les abeilles est récente. Celui-ci, qui était présent de façon endémique chez l’abeille Européenne A. mellifera, a été répandu par le varroa qui s’est comporté comme un nouveau vecteur. L’acarien originaire d’Asie a été contaminé par l’abeille Européenne à la suite d’échanges de ruches d’Europe vers l’Asie ; toujours par des échanges de ruches mais en sens contraire, l’acarien a envahi dès le début du siècle dernier toute l’Europe et l’Amérique amenant avec lui un virus plus agressif. En définitive la pandémie virale est le résultat d’une activité humaine mal contrôlée.
-         Le génome du virus est instable et présente des recombinaisons fréquentes, la réémergence du virus tiendrait à la sélection de certaines d’entre elles au cours de l’immigration du varroa.

Les auteurs concluent à la nécessité d’un contrôle des échanges de ruches inter frontaliers et à la nécessité de préserver de toute contamination les  zones refuges où des pollinisateurs sains (le virus attaque d’autres pollinisateurs que l’abeille) sont encore présents.

*Voir « L’abeille et l’acarien » rubrique « biologie »

**L. Wilfert et al. Science 5 février 2016, N°6273, pp.594-597.    



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email