Un écosystème

Dimanche 5 Février 2017.


Ce terme est fréquemment employé par les journalistes et tous ceux qui se piquent d’écologie ; que décrit-il ? as-t-on une idée correcte de ce qu’il signifie ?

Le concept de biome, que nous avons examiné précédemment, est descriptif ; il regroupe sur une très grande échelle des communautés vivantes qui s’intègrent dans les mêmes limites thermiques, hydriques et énergétiques. Le concept d’écosystème est dynamique, il s’intéresse aux relations qui existent entre les communautés vivantes qui partagent un même milieu.

Si vous vous promenez dans une de nos forêts à feuilles caduques vous prendrez conscience qu’elle constitue une association naturelle d’espèces végétales et animales. Vous y trouverez en effet des chênes en majorité, des hêtres, des fougères mais aussi des renards, des lapins de garenne, des écureuils etc. vous n’y trouverez pas des palmiers ni des hyènes. Cette communauté d’espèces n’est pas fortuite, elle n’existe que parce qu’elle dépend non seulement du milieu physique sur lequel elle vit mais aussi parce que les espèces qui la constituent sont liées directement ou indirectement par des relations alimentaires.

La première caractéristique d’un écosystème est donc que les espèces qui le composent forment des associations naturelles. Il ne s’agit pas seulement d’une association d’organismes vivants, il faut y inclure aussi les facteurs physiques de l’environnement que partagent ces organismes : caractères du sol, du climat, de l’éclairement pour un écosystème aérien ; caractères de l’eau, de l’éclairement pour un écosystème marin. Ces associations peuvent être systématiquement classifiées par les écologistes.

La deuxième caractéristique d’un écosystème c’est qu’il existe une relation alimentaire entre les espèces composantes. Cette relation alimentaire peut se décrire à son tour en deux composantes :
-         la chaîne alimentaire commence par les organismes photosynthétiques (plantes, algues, bactéries photosynthétiques) capables de transformer l’énergie solaire en énergie chimique contenue dans les sucres. Ces organismes photosynthétiques sont à leur tour ingérés par les animaux herbivores et ces derniers par les carnivores les uns et les autres étant incapables de récupérer directement l’énergie solaire.
-         La pyramide alimentaire tient au fait qu’à mesure que l’on progresse dans la chaîne alimentaire la taille des individus est de plus en plus grande et ils sont aussi de moins en moins nombreux car ils vont avoir besoin de plus en plus de place pour trouver leur nourriture.

De fait un écosystème est un ensemble thermodynamique créé par les êtres vivants et traversé par un flux d’énergie (puisée dans l’énergie solaire) et de matière. L’énergie est accumulée sous forme de sucres par les organismes photosynthétiques et distribuée le long de la pyramide alimentaire ; la matière se construit à chaque niveau de la pyramide, à  partir des nutriments du sol, de l’eau et de l’air, grâce à l’énergie chimique disponible provenant des niveaux précédents.


Le fonctionnement d’un écosystème est strictement dépendant des quantités d’énergie et de nutriments disponibles à chaque niveau de la pyramide. Dans les conditions naturelles ces quantités oscillent très lentement mais l’intervention brutale de l’homme peut provoquer des ruptures aux conséquences graves. Par exemple dans un écosystème lacustre, si l’homme déverse dans le lac des eaux usées contenant un excès d’azote, les algues, suralimentées, vont proliférer et épuiser, pour leur propre respiration, l’oxygène du lac qui ne sera plus disponible pour les poissons. L’eutrophisation des lacs provoque ainsi la disparition des poissons ! 



Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email