La notion d'espèce en biologie


Samedi 5 Mai 2018


La science a été d’abord descriptive ; les premiers botanistes et les premiers zoologistes, se trouvaient devant une multitude d’êtres vivants qui apparemment différaient tous plus ou moins les uns des autres ; était-il possible de les inclure dans un système de classification ? Ce système pouvant-être basé sur le nombre de caractères communs qu’ils partageaient.

L’espèce dans ce concept systématique était au sommet de l’échelle, les individus qui la composait ne différaient que par un tout petit nombre de caractères, le sens commun d’ailleurs avait déjà désigné ces groupes universels par un nom : les chênes, les oliviers, les merles, les couleuvres etc.

Ces dénominations étaient imprécises pour le scientifique, elles pouvaient désigner d’une région à l’autre des types différents et d’un pays à l’autre les traductions pouvaient entraîner des erreurs ou des ambiguïtés ; elles manquaient aussi précision. C’est Linné (1707-1778), botaniste suédois, qui a mis fin à ces incertitudes. La désignation d’une espèce se fera en latin (langue universelle de l’époque),  elle commencera par le nom du genre dont la première lettre est majuscule, elle sera suivie de la description de l’espèce en latin et se terminera par le nom de l’espèce (première lettre minuscule sauf s’il s’agit d’un nom propre).

On ne conserve de nos jours que les deux termes placés en tête et en fin de sa description latine pour désigner une espèce animale ou végétale, c’est la nomenclature binaire de Linné ; ainsi le chêne pédonculé est dénommé : Quercus pedunculata (genre quercus, espèce pedunculata); la souris : Mus musculus etc. Cependant cette différenciation de l’espèce sur des caractères morphologiques pose problème, car il va suffire que quelques individus d’une espèce déjà répertoriée possèdent des caractères morphologiques remarquables pour que l’on en fasse une nouvelle espèce. Ainsi dans l’espèce pêcher, certain botanistes ont décrit les brugnoniers comme une nouvelle espèce !

Le concept biologique actuel fait de l’espèce une population d’individus qui s’inter hybrident et constituent ainsi une communauté de reproduction.  Elle est en outre isolée des autres espèces par incapacité reproductive. Une espèce ne peut échanger ses gènes avec une autre espèce, elle est isolée génétiquement et constitue de ce fait une unité génétique. Une espèce est enfin un groupe écologique qui réagit de manière unitaire avec les autres espèces qui partagent son environnement.

Une espèce peut présenter des « variants » issus de mutations on les appelle  variétés ou formes ; les sélectionneurs ont créé aussi par hybridation intra spécifique ou autofécondation des variants utilisés en agriculture on les appelle cultivars (variétés cultivées).       




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email