Les aires protégées et la pression humaine.


Jeudi 5 Juillet 2018


Devant la perte de biodiversité liée à l’activité humaine (appelée quelquefois 6ème extinction anthropogénique) il avait été décidé de réserver des espaces où cette activité serait limitée ; ainsi depuis le sommet de Rio en 1992, 202 000 aires protégées couvrant 14,7% de la surface de la terre ont été délimitées. La « IIe cible pour la biodiversité d’Aichi » au Japon préconise, avant 2020, l’extension à 17 % des aires effectivement traitées comme représentatives d’aires biologiquement protégées.

Ces aires sont classées en fonction du niveau d’intervention humaine qui y est permis. Cela va de la stricte conservation de la biodiversité : catégories I et II (par exemple le cœur de nos parc nationaux est classé en zone II), aux aires où l’activité humaine est permise ainsi que l’utilisation modérées des ressources qui s’y trouvent : catégories III à VI (la plupart de nos parcs régionaux entrent dans ces catégories).

Quelle est la réalité de la pression humaine dans ces aires protégées ? Des chercheurs*ont utilisé la carte mondiale de l’empreinte humaine pour quantifier l’étendue et la pression humaine à l’intérieur des aires protégées. Cette carte a une précision de 1km2 ; l’empreinte humaine intègre huit caractéristiques de la pression humaine sur l’environnement : la surface de l’habitat, la densité de la population, la durée de l’éclairage nocturne, les surfaces cultivées, les surfaces utilisées en pâturage, les routes, les voies ferrées, les voies navigables. Chacune de ces caractéristiques est affectée d’une note de 0 à 10 (je n’entrerai pas dans le détail de la manière dont la note est calculée) la somme de toutes ces notes donne la valeur de l’empreinte humaine au km2. Ces données sont transformées en intensité de coloration sur un planisphère.

Une empreinte humaine inférieure à 4 indique un espace majoritairement libre de toute structure permanente mais peut contenir une population humaine dispersée. Un score de 4 (équivalent à des pâturages) est considéré comme un seuil raisonnable ; au-delà de 4 on estime qu’il sévit dans la zone une intense activité humaine. Pour analyser la relation entre une aire protégée et la pression humaine, les chercheurs ont calculé, à partir de la carte de l’empreinte humaine mondiale, la moyenne de l’empreinte humaine dans chaque aire protégée et la proportion de chaque aire protégée sous intense pression humaine.

La moyenne de la pression humaine à l’intérieur des aires protégées est de 3,3 alors que la moyenne globale est de 6,16. Cependant si 42% des aires protégées sont indemnes d’activité humaine, 32,8 % sont sous intense activité humaine. Les aires protégées de petite taille sont plus affectées que les aires de grande taille, néanmoins plusieurs petites aires contiennent une faible pression humaine fournissant de l’habitat dans des zones fortement perturbées.

Depuis le sommet de Rio, la pression humaine s’est accrue de 9% sur l’ensemble de la planète et de 6% à l’intérieur des aires protégées. Ce sont les aires protégées les plus anciennes (avant 1993) qui ont été le plus affectées (accroissement de 10%) ; les aires créées après le sommet de Rio sont soumises à une pression marginale moindre.

Bien que les aires protégées soient soumises plus ou moins intensément à la pression humaine, les auteurs reconnaissent que ces aires constituent un progrès pour la conservation de la diversité biologique et qu’il faut non seulement en accroître la surface mais aussi être plus strict concernant leur sauvegarde ou restaurer celles qui sont trop dégradées.


*K. R. Jones et al. , Science 18 mai 2018, N°6390, pp.788-791.




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email