Un oubli dans la lutte contre le réchauffement climatique: le contrôle de la croissance de la population mondiale


Lundi 5 Novembre 2018


Dans mon livre : Environnement l’hypothèque démographique, j’ai bien mis en évidence que l’accroissement de la population mondiale jouait un rôle important dans les émissions de gaz à effets de serre et donc contribuait au réchauffement climatique.

Jusqu’ici personne n’a alerté l’opinion sur ce sujet, mais devant la rudesse du changement climatique qui se profile, on commence à penser qu’il faudrait ajouter aussi une politique de contrôle de la croissance de la population mondiale pour éviter que le palier du réchauffement climatique, lorsqu’il sera atteint, ne soit trop élevé. Ainsi deux Chercheurs de la célèbre revue Science*, interpellent l’IPCC (Panel International sur le Changement Climatique) sur la nécessité qu’il y aurait à inclure une politique familiale dans les recommandations que ce panel  fait aux différents gouvernements pour le contrôle du réchauffement climatique. En offrant volontairement des services sur le planning familial ainsi qu’une éducation améliorée aux femmes et aux jeunes filles, on leur permet de choisir la taille de leur famille, on ralentit la croissance de la population mondiale et on améliore aussi les capacités de ces populations à s’adapter aux conséquences du changement climatique.

Ces auteurs estiment que l’IPCC ignore à tort l’effet de la croissance de la population mondiale sur le réchauffement climatique global ; cette négligence tient à quatre interprétations erronées qui sont rappelées dans l’article et que nous résumons ci-dessous.

La croissance de la population ne serait pas un problème !

De 1960 à 2000, grâce aux progrès de la médecine et au maintien d’un taux élevé des naissances, la population du monde en développement a doublé passant de 3 à 6 milliards d’habitants. Pour tenter de ralentir cet accroissement, des investissements massifs furent faits sur le planning familial de 1970 à 1980. Ils furent arrêtés en 1990 croyant que le déclin de la fertilité observé en Asie et Amérique du Sud allait se produire aussi en Afrique. L’épidémie du SIDA en pleine expansion alors n’allait-elle pas arrêter la croissance de la population subsaharienne ? Ces 10 dernières années deux évènements sont venus troubler cet optimisme ; le taux des naissances est resté très élevé en Afrique subsaharienne et n’a pas baissé comme prévu en Asie et en Amérique du Sud ; la mortalité par le SIDA a heureusement chuté grâce à la trithérapie. De ce fait les projections des Nations Unies pour 2100 ont été revues à la hausse et pourrait atteindre 11,2 milliards d’habitants.

Les politiques familiales ne sont pas efficaces !

32 millions de grossesses non souhaitées se produisent chaque année dans le monde (28 millions dans les pays en voie de développement). Les femmes qui souhaiteraient éviter ces grossesses n’ont pas accès aux services d’un planning familial ou n’ont pas les moyens financiers d’acheter les contraceptifs. Des pressions psychologiques peuvent aussi contribuer à cette situation (désapprobation du partenaire, refus de violer les normes sociales etc…). Les plannings familiaux volontaires réduisent ces oppositions.
Des programmes de haute qualité peuvent avoir de larges impacts. En améliorant la santé et le bien être des femmes, des familles et des communautés, la réduction de la fertilité élimine la pauvreté et la pression sur l’environnement.

La croissance de la population n’a pas d’impact sur le climat !

Si le ralentissement de la croissance de la population mondiale n’est pas le plus important moyen pour réduire rapidement les futures émissions, il pourrait réduire celles-ci de plus de 40% sur le long terme. Le ralentissement de la croissance de la population avec le changement de la structure de la pyramide des âges, peut avoir des effets économiques positifs qui peuvent accroître les émissions, mais cet accroissement est largement compensé par leur ralentissement consécutif à la diminution de croissance de la population. Dans les régions où couramment  les émissions par tête d’individus sont faibles, il va y avoir dans le futur une accélération de l’utilisation de l’énergie ; si elle est associée à une croissance non ralentie de la population cela va produire une augmentation considérable des émissions, si le ralentissement de la croissance de la population intervient cette augmentation ne se produira pas.

La politique familiale est trop controversée pour réussir !

Le planning familial fait l’objet de nombreuses critiques qui proviennent essentiellement de groupes conservateurs sociaux ou religieux.
La contraception encouragerait les échanges de partenaires et affaibliraient la famille. Inciter les femmes à utiliser un moyen de contraception est une atteinte à leur liberté surtout s’il y a coercition (comme cela s’est fait en Chine lorsque l’on a imposé un enfant par couple) ; Mais, d’un autre côté, la coercition existe si la femme n’a aucun moyen de limiter ses grossesses parce que les choix sociaux l’imposent ou qu’elle ne peut accéder aux services du planning familial.
On veut limiter les naissances dans les pays en voie de développement alors que les émissions de gaz à effets de serre sont excessives dans les pays développés. Ne fait-on pas payer aux pays pauvres un problème créé par les pays riches ? Ce fait est réel mais la croissance des populations des pays pauvres va impacter aussi le climat et en dernier lieu nous serons tous affectés. La limitation des naissances est un moyen d’agir sur le climat il serait une erreur de se priver de ce levier qui peut contribuer aussi à améliorer le bien-être des femmes.

En conclusion pour ces auteurs, la croissance rapide de la population est une clé conductrice des émissions et un déterminant de la vulnérabilité aux futurs impacts du réchauffement. Elle doit être considérée comme un levier politique et l’IPCC doit inclure dans ses recommandations une politique de la population.

Comment ne pas adhérer à cet appel, comment ne pas penser que l’IPCC aurait dû depuis longtemps inclure dans ses recommandations une mise en garde sur la croissance incontrôlée de la population mondiale ! Notre bien-être est lié à ce que sera le palier futur atteint par cette croissance ; notre avenir même, en tant qu’espèce biologique, en dépend.

*John Bongaarts et Brian C. O’Neill, Science 17 août 2018, N°6403, pp. 650-652     




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email