Les déforestations où en sommes nous?


Mercredi 5 Décembre 2018


Les arbres jouent un rôle majeur dans la photosynthèse qui prélève le CO2 de l’air et le stocke dans le bois, fournit de l’oxygène nécessaire à la respiration, enfin fabrique des sucres sources d’énergie chimique dont a besoin tout le monde vivant. Ainsi lorsque la déforestation touche la forêt Amazonienne on parle de la destruction de notre « poumon vert ». En réalité on a peu de données sur ce sujet fondamental. Nous allons donc parler des différents types de déforestations, de leur part respective et de leur localisation à partir de données satellitaires (Sentinel 2 de l’ESA) analysées par des chercheurs*  de 2001 à 2015.

Cette étude s’est étalée sur 15 années ; elle a classifié près de 5000 échantillons d’images satellitaires. Grâce à sa durée elle a permis de prédire les causes  des perturbations de la forêt sur tout un réseau de cellules de 100 km2 autour de la terre depuis l’an 2000. Cinq catégories de perturbations dominantes ont été définies : 
1) déforestation par commodité : la forêt ou le couvert buissonnant sont affectés, sur le long terme, à une destination non forestière qui peut-être agricole (notamment des plantations de palmier à huile), minière ou à des infrastructures énergétiques ;
2) déforestation temporaire : une petite surface forestière est transformée temporairement pour la production vivrière ;
3) sylviculture : la forêt est traitée comme un moyen de production après une coupe on pourvoit à sa reconstitution;
4) incendie ;
5) urbanisation.

Durant cette période, la déforestation par commodité (celle qui élimine la forêt et la remplace par une activité utile à l’homme) représente 27 % de tout ce qui peut perturber le couvert forestier mondial. Elle correspond à 5 millions d’hectares de forêt par an et son niveau n’a que peu varié pendant les 15 années de l’étude. Les zones affectées par ces déforestations sont l’Amérique du sud (forêt Amazonienne), l’Asie du Sud Est (Indonésie, Thaïlande) où la forêt primitive est souvent remplacée par le palmier à huile.
La sylviculture représente 26 % des perturbations forestières ; les coupes d’arbres sont programmées et l’espace libéré sera, soit replanté en forêt, soit la forêt se reconstituera naturellement (cas notamment des taillis). La sylviculture concerne les forêts tempérées et boréales elle fournit le bois pour l’industrie et le chauffage.
La déforestation temporaire suivie d’une culture vivrière puis retour à la forêt, représente 24% des déforestations ; Elle se pratique en zone tropicale par des populations villageoises traditionnelles.
Les incendies sont importants en Amérique du Nord et en Russie ils représentent 23% des perturbations de la forêt.
0,6% des déboisements sont attribuables à l’urbanisation. On les trouve à l’est des Etats Unis, en Chine, au Brésil en Indonésie et en Australie. En Afrique sub-saharienne on constate l’expansion d’une urbanisation de faible densité qui contribue au déboisement.

Cette étude montre que la déforestation par commodité reste le moyen le plus répandu de perte de la forêt ; il dépasse en intensité les surfaces traitées en sylviculture ce qui en souligne l’importance. Nous sommes loin du zéro de déforestation que l’on aurait pu croire atteint ; les contraintes prises par les Etats pour protéger leurs forêts naturelles restent peu efficaces.

*P. G. Curtis et al. Science 14 septembre 2018, N° 6407, pp. 1108-1111.




Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email