D'où provient la variation héréditaire observée à l'intérieur des espèces ?


Lundi 31 juillet 2006

Darwin observe une variation héréditaire à l'intérieur des espèces. Mais d'où vient-elle ? Il ne peut y répondre car, de son temps, la génétique n'existe pas encore (les lois de Mendel publiées en 1865 sont ignorées jusqu'au début du 20ème siècle et encore elles ne permettent pas d'expliquer la variabilité génétique). Darwin donc ne se prononce pas sur cet épineux sujet et même, paradoxalement, il rejoint du bout des lèvres Lamarck qui pensait à l'hérédité des caractères acquis.


Vers 1915, Morgan montre que les gènes peuvent être compris comme un fragment de chromosome et pose les bases de la génétique classique. Son école étudie aussi la production de nouveaux caractères par mutations. Un gène peut occasionnellement se transformer et donner un nouveau caractère qui s'héritera de génération en génération. Les mutations sont donc la source des variations au hasard observées par Darwin.


Malgré le titre de son livre, Darwin ne s'est pas plus attardé sur les processus de formation des espèces. Dobzhansky et Mayer, vers 1940, reconnaissent qu'il existe dans sa théorie un problème non résolu. Pourquoi le monde vivant est-il divisé en groupes discrets : les espèces, plutôt que de former un ensemble continu ?


Mayer précise la notion d'espèce, c'est un groupe d'individus capable d'inter croisements mais incapable de se croiser avec les individus d'une autre espèce vivant dans le même lieu. Il ne peut donc y avoir d'échanges génétiques entre deux espèces même voisines. A partir de là, l'origine d'une espèce devient équivalente à l'origine des mécanismes d'isolation. Mayer montre que dans des populations isolées géographiquement d'une même espèce, des barrières à la reproduction (issues elles aussi de la mutagenèse) apparaissent peu à peu, et la race géographique va perdre au cours du temps son aptitude à se reproduire avec l'espèce dont elle est issue. Elle devient à son tour une nouvelle espèce. Ainsi s'explique le paradoxe de la discontinuité des espèces.


La synthèse est alors achevée et la théorie de Darwin complète.


Vous trouverez, dans ce billet, quelques points de cette théorie qui ont pu être mal compris.





Les questions environnementales vous intéressent-elles ? Vous pouvez enrichir vos connaissances et acquérir une vision globale de ces problèmes en lisant mon dernier livre : « Environnement, l’Hypothèque Démographique ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recevoir les nouveaux billets par Email